Le Mag

L’histoire de Lou Castel : au service de la vôtre

ardeche

La presqu’île de Casteljau abrite les hommes depuis la nuit des temps. Dressée sur son éperon rocheux, Lou Castel s’est progressivement transformée de place forte en place to be happy. Guidés par le chant de cigales, revenons sur l’histoire de ce lieu aussi magnifique qu’exceptionnel.

Lou Castel, de roche et d’eau

Les méandres du Chassezac ont dessiné un véritable canyon dans de beaux calcaires blancs, formés au jurassique supérieur. Une de ces boucles forme la presqu’île de Casteljau : c’est là que se dresse Lou Castel.


Les gorges du Chassezac

Naturellement, les possibilités défensives d’une telle situation ont attiré l’homme depuis fort longtemps. Comment le savons-nous ? Grâce aux vestiges préhistoriques trouvés dans les grottes et contre l’ancien mur. Le parking actuel de la résidence réserve aussi une surprise historique : les vestiges d’une villa romaine... Tout près se trouvent des tombes paléochrétiennes et médiévales, sans compter la chapelle qui est devenue la salle de restaurant. Bref, vous l'aurez compris, l’histoire du lieu est riche… Mais qu’en est-il du château lui-même ?
 


Lou Castel : là où nature et histoire s’unissent harmonieusement

 

L’histoire du fier et beau Château de Casteljau

Érigé pour défendre “L'éperon barré”, le château a été habité du XIIIe siècle jusqu’aux années 1790. Ce sont les Guerres de Religion, entre les catholiques et les protestants,  qui ont fait fuir ses habitants. La presqu’île de Casteljau et le Bois de Païolive, avec leurs nombreuses « grottes cachettes » ont été les témoins de farouches combats. Maintenant apaisé, le coin est particulièrement propice aux randonnées : en plus des grottes, vous y trouverez des sculptures naturelles, patiemment burinées par l’eau et le temps.

Le Bois de Païolive

Il y a environ 150 millions d’années, le massif calcaire du futur bois de Païolive se formait. Le temps et l’eau ont façonné un labyrinthe rocheux parmi les chênes blancs et verts. Plusieurs sentiers permettent d’en faire le tour : profitez-en, c’est à deux pas de Lou Castel !


La Grande Arche du bois de Païolive.

Après ces périodes troubles, le château fut occupé par une famille paysanne jusqu’en 1972. Comme dans les fermes du versant sud-est, les gens vivaient d’un peu de vigne, d’oliviers, du ver à soie, d’un troupeau de chèvres et de quelques moutons…

Les moutons et les chèvres sont toujours là !

En octobre et au printemps, deux bergers viennent faire paître leurs troupeaux dans les dix hectares du parc. Une tonte écologique  avant que les moutons se fassent tondre à leur tour…


Parfois, les chevaux des bergers aussi viennent se promener...

Des logements signés par des architectes prestigieux

Avant d’être un lieu Vacances Bleues, Lou Castel est passé entre plusieurs mains. VVF d’abord, qui initia la construction des logements autour du château en 1972 et 1973. La création de ces logements fut confiée à des architectes de renom : Andreau et Parrat, qui sont à l’origine du Palais Omnisport de Bercy. Les deux lauréats du Grand prix national de l’architecture ont cherché à dissimuler les 94 logements dans le parc. Grâce aux toits plats et à la végétation luxuriante, le pari est réussi. Peu importe où l’on se trouve, sur la route ou dans les sentiers, seules les tours du château sont visibles parmi les grands arbres. 



 Avant les équipes Vacances bleues, c’est la nature qui vous accueille.


 


Végétation et toits plats : les secrets pour des logements discrets

 

Inauguration et consécration

En 1974, le Lou Castel VVF est inauguré en présence de 200 personnes. Une stèle est dressée derrière le château avec cette belle affirmation de Saint Exupéry. « Fruits et racines ont commune mesure : l’arbre. » C’est à cette occasion que les oliviers, symboles de paix, ont été plantés par des invités de multiples nationalités. 23 ans plus tard, en 2007, Lou Castel est classé à l’inventaire du « Patrimoine du XXe siècle ».

Aussi riche soit-elle, l’histoire de Lou Castel est avant tout au service de la vôtre : une histoire faite de nature sauvage, de rencontres, de soleil et de cigales, de culture et de produits de terroir, de calme et d’aventures, de belles vues et d’heureux imprévus. Il était une fois de belles vacances en Ardèche…