Equateur - Mosaïque de paysages et de cultures
Equateur - Mosaïque de paysages et de cultures
Equateur - Mosaïque de paysages et de cultures
Equateur - Mosaïque de paysages et de cultures
Equateur - Mosaïque de paysages et de cultures
Votre voyage
Equateur - Mosaïque de paysages et de cultures

15 jours / 13 nuits

3545 €/pers.
Inscription Demande de Renseignements

Equateur - Mosaïque de paysages et de cultures

Equateur

Coups de cœur
Les rencontres avec différentes tribus indigènes
Les marchés et le train de la Liberté
La découverte de la forêt Amazonienne
Circuit

Circuit 15 jours / 13 nuits

Voir le programme de l'extension aux îles Galapagos

Cliquez ici pour voir le circuit détaillé

J1 : PARIS - QUITO
Envol pour Quito. Nuit à l'hôtel.

J2 : QUITO
Visite de la ville coloniale de Quito, inscrite au patrimoine culturel de l’Unesco. Visite de la Fondation Guayasamín, dans l’ancienne résidence du peintre emblématique du pays.

J3 : SAN CLEMENTE - COTACACHI - OTAVALO
Matinée au sein de la communauté, puis visites du lac Cuicocha (3 200 m) et des villages alentours pour découvrir la vie rurale. Route pour Otavalo.

J4 : QUITO - QUITSATO - CAYAMBE - OTAVALO
Découverte de l’horloge solaire de Quitsato. Route vers Cayambe et visite d’une plantation de roses. Marché indigène d’Otavalo. Nuit au sein d’une communauté rurale sur les fl ancs du volcan Imbabura.

J5 : OTAVALO - AMAZONIE
Route vers l’Amazonie. Promenade nocturne dans la forêt amazonienne. Nuit dans un lodge.

J6 : AMAZONIE
Excursion dans la forêt amazonienne : départ en canoë, découverte de l’écosystème avec un guide local. Rencontre avec la communauté Kichwa habitant la forêt.

J7 : AMAZONIE - PUYO - BAÑOS
Départ pour Puyo. Visite d’un atelier d’artisanat en bois de balsa et arrêt à la réserve de Yanacocha. Excursion au parc ethnobotanique Omaere. Continuation vers le village thermal de Baños, au pied du volcan Tungurahua. Marché local.

J8 : BAÑOS - SALCEDO
Promenade dans un paysage de cascades et de précipices, au coeur de la végétation tropicale montagnarde. Traversée de la vallée en nacelle. Route des Volcans pour le parc national Cotopaxi, puis Salcedo.

J9 : SALCEDO - QUILOTOA - RIOBAMBA
Visite d’un marché indigène. Route pour le volcan Quilotoa, à travers paysages impressionnants et montagnes couleur pastel. Après le déjeuner, village de Tigua et sa galerie d'art naïf.

J10 : RIOBAMBA - CHIMBORAZO - RIOBAMBA
Visite de la réserve faunistique pour apprécier le volcan le plus haut de l’Equateur : le Chimborazo (6 310m). Balade pour admirer sa faune (condors, vigognes…) et sa flore. Rencontre avec une association de commerce équitable gérée par des femmes, et visite d’une fabrique d’infusions. Nuit en hébergement communautaire.

J11 : GUAMOTE - INGAPIRCA - CUENCA
Découverte de la Fondation Inti Sisa et de ses projets communautaires. Continuation vers Ingapirca, remarquable site inca et visite du Temple du Soleil.

J12 : GUALACEO - CUENCA
Visite d’une plantation d’orchidées et découverte de Cuenca, joyau de l’architecture coloniale classé au patrimoine de l’Unesco.

J13 : CUENCA - GUAYAQUIL
Visite d’une fabrique de chapeaux de paille et d’une exploitation familiale de cacao. Dégustation de fèves brutes et séchées. Traversée de la chaine des Andes pour rejoindre Guayaquil, plus important port du pays.

J14 : GUAYAQUIL - PARIS
Visite de la ville sur les bords du Pacifi que. Envol pour Paris.

J15 : PARIS
Arrivée à Paris.

Extension aux îles Galapagos :

Archipel de l'océan Pacifique, les îles Galápagos s’étendent sur 50.000 km², à environ 1 000 km de la côte. Abritant un parc national ainsi qu'une réserve marine, elles ont été classées au patrimoine mondial de l'UNESCO. Fabuleux trésor naturel, ces îles possèdent une flore et une faune uniques, qui font le bonheur des scientifiques, des écologistes et des amoureux de la nature. En extension de votre voyage, nous vous proposons une croisière de 4 jours sur l’Eco Galaxy, catamaran de catégorie Première Classe, avec guide francophone.

Jour 14 : Guayaquil 
Après le départ du reste du groupe, temps et dîner libres à Guayaquil. Nuit à l’hôtel.

Jour 15 : Guayaquil
Temps et repas libres à Guayaquil. Nuit à l’hôtel.

Jour 16 : Guayaquil / Baltra / Santa Cruz
Après le petit-déjeuner, transfert vers l’aéroport de Guayaquil. Arrivée à Baltra et accueil à l´aéroport par votre guide local francophone. Transfert sur le bateau et installation dans les cabines. Boisson de rafraichissement et déjeuner à bord. Visite de la Station Charles Darwin, situé dans le port principal de l´île de Santa Cruz où nous nous rendrons en bus privé. La station rassemble des scientifiques internationaux spécialisés travaillant sur des projets de recherche biologique et de conservation qui ont permis la préservation de plusieurs espèces menacées. Vous pourrez y observer les tortues géantes qui font partie du programme de reproduction de la station, le plus important de tout l´archipel, mais aussi des iguanes terrestres, des cactus géants à figues de barbarie, et quelques oiseaux terrestres insoupçonnés. Retour à bord de l’Eco-Galaxy Dîner et nuit à bord.    

Jour 17 : île de Floreana : Pointe Cormorant - Couronne du Diable – Baie « Post Office »
Petit-déjeuner à bord Visite de la pointe Cormorant, à l´ouest de l´île Floreana, connue pour sa plage de couleur verte du fait de la forte teneur en cristaux d´olivines. Après un débarquement mouillé, vous pourrez pratiquer la plongée de surface ou faire une petite promenade dans ce lieu magique, et observer de nombreux animaux marins invertébrés, des otaries, des iguanes de mer, des frégates, des pélicans... Visite de la couronne du diable (Devil´s Crown), petit îlot satellite de l´île de Floreana, grâce à une navigation en zodiac. Si vous le souhaitez, vous pourrez également vous baigner. Plusieurs rochers, mis à l´épreuve de l´érosion permanente causée par la mer, semblent former une couronne. Cet endroit, tant à l´intérieur qu´à l´extérieur de la couronne, est l´un des meilleurs spots de l´archipel pour la pratique du snorkeling (plongée de surface). L´excellente visibilité sous-marine vous permettra d´observer un large éventail de poissons tropicaux et d´animaux marins. Déjeuner à bord Visite de la baie du courrier (Post Office Bay) située au Nord de l´île de Floreana. Après un débarquement mouillé, vous pourrez vous promener, vous baigner et pratiquer le snorkeling mais aussi réviser le courrier… La baie du courrier, ou Post Office Bay en anglais, doit son nom au fait que le capitaine James Colnett y avait installé un baril de rhum destiné à servir de boites aux lettres pour les flottes de baleiniers qui parcouraient les eaux des Galapagos pendant de longues périodes. Vous pourrez y déposer quelques cartes postales à vos amis ou vous charger d´acheminer d´autres cartes destinées à quelqu´un habitant près de chez vous… Dîner et nuit à bord.

Jour 18 : île Española : Pointe Suarez / Baie Gardner
Petit-déjeuner à bord. Visite de la Pointe Suarez : après un débarquement sec, petite promenade sur cette île tropicale déserte qui vous permettra d’observer ces fameux fous à pattes bleus qui sont devenus un véritable cliché des Galapagos et dont la couleur des pattes est vraiment surprenante. Ces oiseaux magnifiques ont une façon très spéciale d’accueillir les visiteurs et leur parade rituelle constitue un spectacle unique. Les fous à pattes bleues peuvent être observés dans différentes îles de l’archipel car ils peuvent faire leurs nids et trouver leur nourriture dans de nombreux endroits proche des côtes. Entre Janvier et Mars, et donc durant cette croisière de Février, il n’est pas possible d’observer les célèbres albatros considérés comme une espèce endémique des Galapagos. Ces oiseaux à l’air « aristocratique » comptent parmi les plus grands de l’archipel, avec un poids variant de 3 à 4 Kg et une envergure dépassant les deux mètres. Environ 12.000 couples font leur nids sur l’île d’Española et que quelques autres nidifient sur l’île d’Argent, Silver Island, proche du continent. Néanmoins, immergés dans ce paysage absolument unique et fantastique, vous pourrez y admirer des colonies d’iguanes marins, de crabes zayapas, de fous masqués, de pinsons, des oiseaux moqueurs, ou encore des goélands… Vous marcherez sur un sentier de roche de lave et pourrez admirer la végétation essentiellement composée de palétuviers rouges Déjeuner à bordVisite de la baie Gardner (Gardner Bay) Après un débarquement mouillé, vous pourrez lors de cette visite vous promener, vous baigner, pratiquer le snorkeling et bien sûr observer la colonie d’otaries. Les otaries des Galapagos, parce qu’elles sont à la fois curieuses et joueuses, quoique parfois agressives, mais aussi belles et fainéantes, comptent parmi les animaux qui captivent le plus l’attention des visiteurs. Sur cette plage de sable blanc, vous pourrez les observer très facilement en train de se relaxer sur la plage et profiter du soleil. En pratiquant le snorkeling, vous pourrez même nager avec ces animaux fascinants, mais aussi avec des tortues marines, des iguanes marins et toute une myriade de poissons tropicaux… Retour à bord et navigation vers la prochaine île en passant par les îlots de Gardner et Osborn… Dîner et nuit à bord.  

Jour 19 : île de San Cristobal: Centre d´interprétation / Guayaquil / Paris
Petit-déjeuner à bord. Débarquement sec et visite du centre d´interprétation de San Cristobal Situé sur l´île principale, le centre d’Interprétation de San Cristobal, constitue l’espace architectural le plus moderne et sophistiqué destiné à l’interprétation de la nature aux Galapagos. Vous pourrez y apprendre beaucoup sur la formation volcanique des îles, l’évolution des espèces, l’histoire de la colonisation humaine ou encore sur les systèmes complexes et modèles de gestion de cet environnement unique. Fin de la croisière et transfert vers l’aéroport de San Cristobal Enregistrement des bagages et embarquement des passagers avec l´aide de votre guide et retour vers Guayaquil. Vol en direction du continent (collation à bord) puis vol de de retour en France.

Jour 20 : Paris
Arrivée en France.  

Cliquez ici pour voir le circuit détaillé

Rencontres

Les rencontres lors de votre voyage

Pukyu Pamba : communauté rurale développant des projets d’écotourisme solidaire reposant sur le travail collectif et le respect de la nature.

Fondation Inti Sisa : centre de formation qui développe des ateliers pratiques pour les communautés des alentours de Guamote. Yanacocha : réserve utilisant les connaissances millénaires des communautés Quichuas en matière d’environnement pour gérer son territoire et organiser l’élevage.

Et aussi : les repas et nuit chez l’habitant, les marchés indigènes, les rencontres avec les communautés, les artisans, les réserves naturelles, les plantations de cacao, de roses et d’orchidées…

Tarifs et dates

Tarifs & dates

3 495 € - 15 jours et 13 nuits

Du 15 au 28 novembre 2016

Prix par personne au départ de Paris (3 150 € + 345 € taxes aériennes à ce jour)
En pension complète et hébergement de qualité.
Supplément chambre individuelle : 410 €

NOS PRIX COMPRENNENT

  • Le transport aérien Paris- Paris sur ligne régulière
  • Les taxes d’aéroport (345€ à ce jour) facturées séparément
  • L’assurance assistance rapatriement
  • L’hébergement en pension complète en chambre double
  • Les transferts, visites et excursions au programme
  • Les services d'un guide accompagnateur francophone
  • Un accompagnateur Voyager Autrement au départ de Paris (à partir de 15 participants)
  • L'assistance du réceptif local
  • Un carnet de voyage
  •  

  • NOS PRIX NE COMPRENNENT PAS
  •  
  • Le supplément chambre seule (410€ à ce jour)
  • Les visites et excursions non prévues au programme
  • L’assurance annulation voyage (facultative, 3,5 % du montant total du voyage)
  • Les boissons et les dépenses à caractère personnel
  • Les pourboires des guides et des chauffeurs
  • L’extension aux îles Galápagos
Infos pratiques

Présentation de la destination

Localisation Climat et décalage horaire

L’Equateur est un pays d’Amérique du Sud, toute se côte est bordée par l’Océan Pacifique. Le pays est frontalier avec le Pérou au sud et à l’est et avec la Colombie au nord.

Le climat : L’Équateur se trouvant... à l’équateur, le climat est de type équatorial, mais sérieusement atténué par la présence de la cordillère des Andes. Le climat es divisé en deux saisons principales présentant des variations dues à l’altitude et à la zone concernée.
La saison des pluies dure de décembre à mai dans la Sierra et de janvier à avril sur la côte, avec des précipitations chaque jour.
La saison sèche s’étend de juin à novembre dans la Sierra et de mai à décembre sur la côte, avec moins d’humidité et des températures plus agréables.
Au centre du pays, les températures sont modérées toute l’année, environ 25°C.

Le décalage horaire est de 5 heures en été et de 6 heures en hiver: lorsqu'il est midi à Paris, il est 5 h (été) ou 6h (hiver) du matin à Quito.

Carte d'identité

Nom officiel : République de l’Equateur
Superficie : 283 520 km² (25ème plus grand pays au monde)
Capitale : Quito
Chef de l’état : Rafael Correa
Langue officielle : l’espagnol
Population : 15 007 343 millions (en 2011)
Indépendance : 24 mai 1822 
Monnaie : le dollar américain

Contexte historique

Les colons espagnols, commandés par le conquistador Pizarro, arrivent dans la région , y trouvant les Incas, lesquelles sont décimés par les guerres et les maladies transportés par les espagnols. Les Espagnols y implantent diverses colonies, qui, plus tard, sont converties en provinces fondant la Nouvelle-Grenade comme noyau au tout début et, à partir de 1717, comme vice-royauté. Celle-ci inclut diverses provinces qui ont appartenu jusqu'à ce moment à la juridiction des vice-royautés de la Nouvelle-Espagne et du Pérou.

Suite à une forte augmentation de la fiscalité par les espagnols, les premiers mouvements indépendantistes se font entendre dès 1808. Cependant il faut attendre l'année 1820, pour qu'un nouveau soulèvement se produise, cette fois dans la ville portuaire de Guayaquil, dont l’indépendance est obtenue le 9 octobre 1820. Tandis qu'au Nord la lutte menée par Simon Bolivar a quasiment abouti à l'indépendance de la Nouvelle-Grenade et du Venezuela.

Après d’âpres combats entre la Province libre de Guayaquil et les espagnols, le président de la Province demande l’aide Simon Bolivar. Ce dernier envoi alors le général Mires, dès janvier 1821, suivit du général Sucre avec des renforts en mai 1821. Le 24 mai 1822, les troupes de Sucre, aidés par des renforts venus d’Argentine (envoyés par San Martin), remporte une importante victoire contre les espagnols, qui capitulent. La région devient alors partie intégrante de la République de Grande Colombie, fondée et dirigée par Bolívar, qui englobe aussi le Venezuela, le Panama et la Colombie.

Le 14 aout 1830, la République de l’Equateur proclame son indépendance vis-à-vis de la Grande Colombie.
Le premier président du pays est un héro de la guerre d’indépendance : le général Juan José Florès. Il restera au pouvoir jusqu’en 1845 avant d’y être chassé. Entre 1830 et 1848, l'Équateur connut plus de soixante-deux gouvernements successifs, de type présidentiel, militaire ou dictatorial.

À l'issue d'une longue période d'instabilité, le conservateur Gabriel Garcia Moreno réunifia le pays en 1860, en chassant de Guayaguil le général Franco, il gouverna l'Équateur pendant une quinzaine d'années, avec le soutien de l'Église catholique, mais il fut assassiné en 1875. Eloy Alfaro organisa en 1895 une révolution libérale, réduisit le pouvoir de l'Église et ouvrit la voie du capitalisme à l'Équateur. Après avoir exercé la présidence à deux reprises, il fut assassiné à son tour en 1912.

L’Equateur connaît une première partie de XXème siècle tumultueuse. En 1910 un conflit avec le Pérou éclata. En 1920, une crise toucha l'industrie du cacao, en 1925, le président libéral CARLOS Alberto Arroyo Del Rio fut renversé et José Manuel Velasco Ibarra prit sa place.

En 1941, le Pérou envahit l'Équateur dans sa région amazonienne, la guerre qui s'ensuivit s'acheva par la signature d'un traité, l’Equateur y perdit la moitié de son territoire et presque la totalité de sa forêt amazonienne.
En 1948, l’Equateur devient l’un des membres signataires de la charte de l’Organisation des Etats américains.
Entre 1952 et 1979, le pays subit une succession de changements politiques, des élections démocratiques (avec le retour de Velasco Ibarra au premier plan), mais aussi de dictatures, à l’image de celle du général Guillermo Rodriguez Lara de 1972 à 1979.

En 1978, suite à un référendum sur une nouvelle constitution, des élections sont organisées. En 1979 Jaime Roldos Aguilera devient président. De 1978 jusqu’à 2000 l’Equateur connut une période de relative stabilité politique.

En 1990, il y eu un grand mouvement des Indiens pour la reconnaissance de leurs droits, les tribus indiennes paralysèrent le pays par une grève pacifique. Malgré l'opposition de l'armée et de la plupart des partis politiques, le président Borja accorda à la confédération des Shuars la propriété de 11 000 km2 de territoire en Amazonie. Une répression discrète était conjointement menée par des groupes paramilitaires qui éliminaient certains chefs indiens.

En 1991, dans le cadre de l'accord de paix signé en octobre de l'année précédente, les frontières en Amazonie entre l'Équateur et le Pérou furent définitivement fixées en mettant fin à un long litige frontalier vieux de plus d’un siècle et demi.

En 2000, suite à l’instauration du dollar au dépens du Sucre, une révolte éclate et une forte période d’instabilité va marquer le pays, jusqu’à l’élection en 2008 de Rafael Correa, un économiste de gauche. Correa mène un projet de nouvelle constitution qui est approuvé par référendum en 2008 ce qui provoque des nouvelles élections générales. Il est réélu en 2009.

Contexte économique

Comme chez ses voisins, le développement économique en Équateur s'est profilé à travers une succession de « booms » de différents produits : le cacao d'abord (début XXe siècle), le panama (années 1920-1940), puis la banane (années 1940-1950), le pétrole (années 1970) et enfin la crevette (années 1990).

Ces trois derniers secteurs continuent de jouer un rôle majeur aujourd’hui : l’Équateur est en effet le premier producteur mondial de bananes, et le pétrole représente environ les 2/5e des revenus de l’État et 50 % des exportations. Ajoutons à cela l’essor de la vente de fleurs et de poisson en boîte, et les secteurs traditionnels de l’agriculture (café), du bois et des textiles. La production industrielle, concentrée essentiellement à Guayaquil (bois, chimie) et Quito (textile et métallurgie), reste embryonnaire.

Une grave crise économique a secoué l’Équateur en 1999, débouchant sur une dévaluation de 200 % du sucre et la faillite d’une grande partie du système bancaire. Les importations ont chuté de moitié, et près d’un demi-million d’Équatoriens sont partis pour l’étranger... La rente que le pays reçoit de ses émigrés représente encore aujourd’hui 6 % du PIB !

Effective en mars 2001, la dollarisation a redonné au pays une certaine stabilité, mais a fait chuter sa compétitivité, renchéri le coût de la vie et nettement appauvri la classe moyenne. Reste que, en termes économiques, les années suivantes ont été marquées par un fort essor du PIB, culminant en 2008 avec un taux de croissance de 7,2 %.

La crise économique mondiale de 2008-2009, associée à la chute des cours du brut, a naturellement impacté le pays, mais il est déjà sorti de l’ornière - avec une croissance estimée à 7,8 % en 2011.

Langue et religion

La langue officielle est l'espagnol. L’anglais est très peu parlé dans le pays. Les Indiens, eux, parlent pour la plupart le kishwa (ou runa simi), une variante du quechua parlé au Pérou, notamment.

Les Equatoriens sont pour une large majorité catholique (95%), mais pour la plupart ils ne sont pas pratiquant. Comme dans beaucoup de pays d’Amérique du Sud, la religion catholique est juxtaposée aux anciennes croyances pour en faire un mixte original et bien éloigné des préceptes de l’église catholique romaine. Les rituels en faveur de la Pachamama sont encore très présents.

Nourriture et boisson

La population se nourrit surtout de riz, de pomme de terre, de viande (poulet notamment) ou de poisson (disponible dans les villes de la Sierra comme sur la côte. Mais il existe de nombreuses spécialités dan le pays, le plat national étant surement le Pollo a la Brasa (poulet à la braise).
De nombreuses autre spécialités peuvent être citées : Bolón de verde (beignet de banane plantain fourré au fromage), Ceviche (poisson ou crustacés cuits puis marinés dans du citron, le Cuy (cochon d’Inde… à prononcer « couit » et vendu à l’unité!), l’Encebollado, la Fritada, le Llapingacho, le Quinoa, les nombreuses Sopas, le Yuca
La Bière est très largement consommée par les Equatoriens, les jus de fruits frais sont également très consommés et souvent très bons. Vous aurez peut-être la « chance » de goûter à la Chicha, l’alcool ancestral des indiens, une sorte de bière au mais au goût aigre, qui ressemble à du yaourt dilué.

Change

La monnaie locale est le dollar américain (1€ = 1.11$), il a remplacé le sucre depuis 2000. Il n’est pas si facile de changer des devises (même les euros) en Équateur, car peu de banques font le change, et parce que les bureaux de change sont plutôt rares - en dehors des aéroports et de Vazcorp, qui possède un bureau dans les grandes villes.

On vous conseille de partir avec des dollars américains, en prenant soin de demander des petites coupures (max 20 US$), car les billets de 50 et 100 US$ sont très difficiles à écouler. Les commerçants n’ont jamais assez de monnaie et se méfient (à raison) des faux billets. Sinon, on trouve des distributeurs un peu partout.

Electricité

Le courant est de 110 volts et 50 Hertz. Les prises sont de type américain, avec 2 pattes plates. Un adaptateur sera nécessaire. On peut en trouver sur place.

Photographies

Au cours de votre voyage, si vous souhaitez photographiez des personnes, il vous est recommandé de demander leur accord, car cela peut être perçu comme un manque de respect voire comme une agression. Cela permettra d’établir un contact, et vous pouvez montrer ensuite le résultat de la photo. N’hésitez d’ailleurs pas à demander l’aide du guide si besoin. Si les personnes vous demandent de l’argent en échange, essayez d’éviter en leur faisant comprendre que vous ne le souhaitez pas. Dans tous les cas, n’insistez pas si vous sentez que la personne est importunée.

Il est interdit de photographier les installations militaires, les soldats et les usines. Autrefois, on n'avait pas le droit non plus d'utiliser son appareil dans les musées, mais depuis que l'entrée est payante, la plupart d'entre eux l'autorisent. Mieux vaut d'abord poser la question, car certains musées vous demanderont un supplément si vous avez pris des photos.

Marchandage

Il doit être vécu comme un jeu, comme une manière d’entrer en contact avec le commerçant et de comprendre un peu mieux la culture et les moeurs locales. Le respect est la base dans la négociation. N’hésitez pas à passer par l’intermédiaire du guide et lui demander son avis sur le prix « convenable ».

Mendicité

Afin de ne pas encourager cette pratique, il est préférable d’éviter de donner directement aux personnes rencontrées (argent, bonbons…). Si vous souhaitez faire des dons (matériels ou financiers), nous vous recommandons de les remettre aux responsables d’associations rencontrées.

Vêtements

Il est conseillé de se munir de vêtements décontractés et adaptés aux grands espaces et à de fréquentes variations climatiques. Prévoir quelques vêtements légers et des chaussures confortables. Pour le séjour en montagne, prévoir des vêtements plus chauds, un chapeau, des lunettes de soleil.

Pourboires

Nous vous rappelons que les pourboires des guides et chauffeurs ne sont pas inclus.

  • Le pourboire ne peut être inclus dans le prix du voyage car il ne fait pas l’objet de facturation.
  • Le pourboire est devenu au fil des années une pratique touristique internationale contre laquelle il est vain de s’opposer.
  • Le pourboire est un des incontournables de la bonne relation entre Voyager Autrement, les voyageurs, l’accompagnateur et le guide.
  • Faire l’impasse sur le pourboire ou donner un pourboire insuffisant, c’est pénaliser les autres voyageurs et ceux à venir, car c’est créer des disparités entre les guides satisfaits et ceux qui ne voudront plus exercer leur métier avec Voyager Autrement.

Pour l’Equateur, nous vous demandons de prévoir 2€ à 3€ par jour et par voyageur. Ce montant indicatif est transmis par les partenaires locaux de Voyager Autrement : si certains montants peuvent paraître disproportionnés par rapport au niveau de vie, il faut garder à l’esprit que les pourboires permettent d’améliorer les revenus des guides qui, bien souvent, en font bénéficier une famille élargie.

Vous modulerez le pourboire donné entre cette fourchette basse et cette fourchette haute en fonction de votre satisfaction (nous recommandons de prévoir 1/3 pour le chauffeur et 2/3 pour le guide).
 


Formalités

Pour les ressortissants français : un passeport valable au moins 6 mois après le retour; aucun visa n'est requis. Durant le séjour, il est recommandé de photocopier la double page du passeport que vous garderez sur vous, le passeport étant rangé en lieu sûr.

Santé

La vaccination contre la fièvre jaune n’est pas obligatoire, mais est vivement recommandée (à pratiquer dans un centre de vaccinations agréé).

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (+/- coqueluche) est conseillée. De même, selon conditions d’hygiène et durée du séjour, la vaccination contre les hépatites virales A et B, et la fièvre typhoïde.
Il est prudent de prévoir dans votre trousse les médicaments habituels contre la fièvre, la migraine, le rhume, des pansements, un désinfectant, un antibiotique à large spectre et un anti-diarrhéique. Ne pas oublier votre carnet de santé mentionnant, le cas échéant, la liste des aliments et des médicaments auxquels vous êtes allergique. Si vous suivez un traitement, emportez votre ordonnance.

Pour plus de renseignements, merci de contacter votre médecin de famille ou de vous renseigner auprès du centre de vaccination agréé le plus proche de votre domicile. Les centres agréés se trouvent généralement dans les hôpitaux.

A Paris, vous pouvez vous renseigner auprès du centre de vaccination Air France, au 01 43 17 22 00 (répondeur), 148 rue de l’Université, Paris 7ème, Métro et RER Invalides, ou de l'Institut Pasteur au 01 45 68 81 98, 209 rue de Vaugirard, Paris 15ème, Métro Pasteur ou Volontaires.